Nous quittons l’état du Ceara pour celui du Rio Grande do Norte dont nous décidons d’éviter la capitale Natal pour gagner directement les plages du sud et notamment la plage de Pipa dont les guides et les rencontres nous disent le plus grand bien.
Nous arrivons malheureusement à Pipa un dimanche en fin d’après midi et la file de voitures qui en part nous effraie immédiatement. Pipa est un ancien village de pêcheurs, autrefois difficile d’accès et paradis des surfeurs, qui se dispute aujourd’hui, avec Jericoacoara, le titre de ville balnéaire la plus chic du Nordeste. Les pousadas et autres infrastructures touristiques s’y sont multipliées tout en essayant de conserver une âme écolo-chic qui se veut épargnée par le tourisme de masse. D’après un restaurateur argentin rencontré sur place les hordes de touristes brésiliens et étrangers qui se bousculent dans les rues en période touristique (décembre à février, et juillet-août) n’ont pourtant rien à envier aux plus grosses stations balnéaires de la côte.

Nous trouvons un bivouac isolé à l’extrémité est du village au-dessus de falaises dominant la mer.

17_pipa1

Les 4×4 bâchés qui s’y succèdent dès le matin pour des selfies inspirés d’amoureux au dessus de la Praia do Amor nous font douter de notre choix mais nous avons accès à de belles plages désertes car à une courte distance de marche du centre.
L’endroit est agréable mais on nous avait prédit un coup de foudre et il n’a pas eu lieu… Toujours une question de contexte. Les coups de foudre sont timides et il suffit parfois d’un détail pour les faire fuir…

17_pipa2

Par contre, le village de Tibau do Sul est une agréable surprise. Calme, beaucoup plus confidentiel que Pipa malgré de belles plages, beaucoup plus accessible à la baignade grâce à une belle lagune encadrée de dunes, il constitue une halte reposante à quelques kilomètres à l’ouest de l’agitation de Pipa. Les couchers de soleil sur la lagune sont mémorables et les restaurants de plage servent la meilleure moqueca (plat de poisson au four au lait de coco) que nous ayons mangé au cours de notre séjour nordestin.

18_Tibau 1

18_Tibau 2

Auteur

Commenter