J25 Jeudi 11 décembre 2009 Shanghai

Manao va un peu mieux aujourd’hui, nous décidons donc de partir découvrir le jardin YUYUAN, véritable perle au milieu de Shanghai.
Créé en 1559 et d’une surface initiale de 47 000 m², il n’en reste aujourd’hui que la moitié.
Il m’est difficile de vous décrire toutes les sensations extraordinaires ressenties lors de notre déambulation mais je ne voulais plus en sortir…. Cette finesse, cette organisation, ces sous-espaces,… amènent le jardin dans une dimension d’exception.
Les matériaux, les détails, les temples, les scènes paysagères, l’entretien des espaces, les découvertes multiples participent à son excellence. A ne surtout pas manquer!!!
J’essaierai de mieux vous faire partager ce jardin à travers un article spécial car 180 photos ont eu raison de moi.
Après un déjeuner dans le quartier, nous retournons à l’hôtel pour la sieste des petits et je m’enfuis à nouveau pour découvrir le Hall d’exposition sur l’urbanisme de Shanghai.
Je découvre tout d’abord l’histoire de la ville au travers de photo historique avant d’admirer une maquette de la ville qui occupe un étage entier du bâtiment. On mesure mieux l’emprise de cette mégalopole de 30 millions d’habitants et en expansion.
Enfin, je découvre les projets d’aménagement pour le site de l’Exposition Universelle de 2010. A la suite d’un concours, un bureau d’étude a été retenu pour le plan d’aménagement général du site mais le résultat final ne suit plus beaucoup le projet initial… Dommage, il y avait des spécificités intéressantes qui ont disparu.
En sortant, j’ai pris un peu plus de temps pour déambuler dans le parc du Peuple.
Dernière soirée à Shanghai.

J24 Mercredi 10 décembre 2009 Shanghai

Ce matin, Manao est complètement KO et a pas mal de température.
Carole reste avec lui à l’hotel pendant que je file avec Sabah rechercher une aire de jeux pour enfants au pied de l’Oriental Pearl Tower qui avec ses 468m a été la plus haute tour du monde mais qui est dépassée depuis par d’autres gratte-ciel.
Pour traverser la rivière Huangpu, nous empruntons un tunnel dans lequel une mise en scène lumineuse a été réalisée. Sabah est très impressionnée par les effets visuels.
Au cours de notre promenade sous les gratte-ciels, nous n’avons malheureusement pas trouvé de jeux pour Sabah. Heureusement, nous avons rencontré Bugs Bunny et ses amis…
A notre retour Manao dort encore, nous mangeons une pizza dans la chambre et je ressors seul en direction du square du Peuple.
La nuit tombe et le square prend une autre dimension avec les illuminations des grattes ciels qui l’entourent. Je suis toujours ébahis devant les végétaux utilisés et les détails des matériaux.
Le soir, nous arrivons à sortir diner tous ensemble sur la rue piétonne de East Nan Jing qui explose de lumière. Pour récompenser les petits, nous empruntons le petit train touristique qui remonte cette rue.

J23 Mardi 09 décembre 2009 Shanghai

Nous arrivons dans la gare de Shanghai vers 7h du matin.
Et là gros problème, nous n’avons pas le nom de notre hôtel en chinois. Nous ne rencontrons personne parlant anglais. Après plusieurs minutes de recherche, je me dirige vers le guide d’un groupe d’allemand et lui demande si elle connait. Heureusement, elle peut me l’écrire en chinois et le taxi nous amène à bord port.
Le Captain’s Hotel, appartenant aux auberges de jeunesse international, est situé sur le Bund, quai sur la rivière Huangpu. De notre chambre, la 601, nous avons une vue panoramique sur le nouveau quartier économique du Pudong.
Après un petit déjeuner à l’hotel, nous rejoignons le quai du quartier du Bund qui malheureusement est en cours de travaux car Shanghai a été choisie pour recevoir la prochaine Exposition Universelle qui aura lieu en 2010. La ville se transforme et se rénove dans le centre alors que le site de la prochaine exposition est en cours de réalisation.
Au hasard de notre promenade, nous découvrons le parc contemporain de Gu Cheng. Vous imaginez bien mon engouement dans la découverte des espaces. Une allée principale courbe ascendant et se terminant par un restaurant et un belvédère, partage le parc en deux: une zone engazonnée et ouverte vers l’ouest et une zone densément plantée à l’est. Nous commençons à découvrir les essences végétales exotiques mais que l’on utilise également en Bretagne.
Nous déjeunons d’ailleurs dans le restaurant au bout de l’allée qui surplombe un large bassin de carpes, grand bonheur des enfants.
De retour à l’hôtel pour la sieste des petits, je pars seul à la découverte de Pudong et des aménagements réalisés dans ce quartier. Le temps est maussade et la visibilité est pas terrible. Je sors du métro au niveau du square du centenaire qui achève le boulevard du centenaire. Les espaces sont très dilatés et des jardins ont été crées le long du boulevard par l’agence de paysage français TUP si je ne me trompe pas. (Sophie peux tu me confirmer cela).
Je n’ai pas le temps de remonter les 5.5 kms du boulevard pour ne pas laisser les autres seuls trop longtemps.
Le soir nous sortons diner dans un petit restaurant sur la rue piétonne de East Nan Jing.

J22 Mardi 08 décembre 2009 Pékin

Pour cette dernière journée nous décidons de découvrir le parc du Palais d’Eté et le site des JO de 2008.
Une fois ressorti du métro pékinois, nous décidons de grignoter quelques hot-dog locaux achetés à des marchands ambulants.
Une nouvelle fois, nous pénétrons dans un espace sans avoir rien lu ni vu de photos. Ceci permet d’être surpris par les scènes et les bâtiments rencontrés.
Le parc du Palais d’été, organisé autour du lac Kunming, servait de refuge à la cour impériale pour échapper à la touffeur de la Cité Interdite. Les bâtiments ont été sauvagement détruits par les armées anglaises et françaises au 19e s mais heureusement restaurée par l’impératrice Cixi en 1888.
Après avoir traversé Suzhou Street, village crée le long d’une rivière gelé, nous démarrons notre ascension vers un temple au sommet de la colline. Nous traversons des paysages façonnés par l’homme constitués d’amoncellements de blocs rocheux créant des accès à différents temples et tout cela avec une vue plongeante sur les quartiers nord de Pékin.
Puis au détour d’une porte, nous voilà ébahis devant un superbe panorama sur le lac Kunming et les quartiers sud de Pékin. Les rayons du soleil se réverbèrent dans le lac et illuminent une multitude de temples implantés sur le versant sud de la colline. Les temples, à l’architecture traditionnelle riche en détail, sont disséminés sur la colline et forme un dédale de cheminements plus ou moins couverts et intégrés dans une couverture végétale riche.
Nous ne savons plus ou porter notre regard. Cette richesse et cette diversité…
Nous redescendons à l’aide de monumentaux escaliers accrochés aux parois. Nous découvrons des bâtiments richement meublés à l’intérieur comme à l’extérieur et tout cela dans un calme absolu.
Le bonheur….
La richesse des détails, des œuvres d’arts, des végétaux utilisés, des espaces et sous espaces crées, des vues et des perspectives, nous montre bien l’importance de créer du beau et de la qualité pour nous ébahir.
Une fois sur le bord du lac, nous déambulons sous une longue galerie décorées de scènes mythiques. Nous retrouvons du même coup les groupes de touristes qui ne s’aventurent pas dans les hauteurs de la colline.

Palais d'Eté de Pékin
Palais d'Eté de Pékin

Après une succession de bâtiments, nous nous arrêtons dans le temple des plaisirs dans lequel se tenait des pièces de théâtre. D’ailleurs des scènes de certaines pièces étaient jouées et nous avons pu observer des danses et un concert de cloches et de tambours qui ont ravi les petits.
Difficile de quitter ce lieu magique qui possède encore beaucoup de lieux inconnus mais le temps s’écoule et j’aimerai bien déambuler sur le site olympique pour observer le stade et les autres infrastructures du parc olympique.
Après un cours déplacement en taxi, nous arrivons sur le site. Sabah en plein sommeil sur le dos de sa maman, je pénètre dans l’enceinte du stade avec Manao. Je suis admiratif devant la structure acier du stade et sur ses dimensions exceptionnelles. Assis dans les tribunes, j’imagine l’ambiance chaleureuse qui devait régner pendant les épreuves… Manao est captivé par les images des Jeux qui défilent sur les 2 écrans géants à l’intérieur du stade.

Manao dans les étoiles
Manao dans les étoiles
Couché de soleil sur le stade olympique
Couché de soleil sur le stade olympique

Nous observons le coucher de soleil sur le site avant de plonger dans le métro et de nous arrêter sur la rue piétonne de Wangfujing au couleur de Noël.
Puis nous regagnons la gare de Pékin pour prendre notre train couchette qui nous amènera jusqu’à Shanghai. Ce train rapide et luxueux n’a rien à voir avec le transsibérien: des écrans de télévisions au niveau de chaque couchette, des couchettes plus longues et plus larges, des sanitaires modernes…
Après une si remplie journée, les enfants ne font pas long feu…

J21 Lundi 07 décembre 2009 Pékin et la Grande Muraille de Chine

Cette journée est dédiée à l’une des 7 merveilles du monde: la Grande Muraille de Chine.
Nous prenons un bus en direction de Badaling situé à 70 kms au nord-ouest de Pékin.
L’heure de transport nous permet de traverser la banlieue de Pékin qui s’étale largement. Tout est démesuré, les voies rapides, les 5 périphériques entourant la ville (le dernier d’une longueur de 180 kms), les habitations denses et tout en hauteur, les transports collectifs en grands nombres et souvent surchargés. Les espaces verts sont présents partout sous forme d’alignements d’arbres, de squares, de bandes plantées dès que des espaces se présentent.
Après un peu plus d’une heure de transport, nous commençons à apercevoir des portions de la Grande Muraille qui grimpent sur les flancs des montagnes parfois avec des pentes abruptes. De temps en temps, des tours de guets ponctuent la linéarité de l’édifice.
En rappel, la Grande Muraille de Chine s’étire sur 7200 kms de la mer de Bo à l’est jusqu’au désert de Gobi à l’ouest. Une première portion fut construite au 3e siècle av JC à partir de plusieurs remparts en ruine érigées par des états vassaux. Cette dernière a été prolongée plus tard. Son aspect d’aujourd’hui date des travaux de la dynastie des Ming entre le 14e et le 17s siècle.
Nous arrivons enfin à Badaling, principale destination des touristes venant de Pékin mais facile d’accès et implanté dans un beau paysage. Par contre à notre époque et en semaine il n’y a pas trop de monde mais je le déconseille l’été… Tout un village pour touristes a été crée au pied de la Muraille avec hôtels , KFC, boutiques à souvenir… Même sous un régime communiste, les affaires et les profits dominent.
Nous sommes tout d’abord marqués par la continuité de la Muraille malgré les montagnes et les dénivelés rencontrés. Nous débutons l’ascension avec l’envie de découvrir le fonctionnement et la nature de cet ouvrage. Nous déambulons sur le haut des remparts au milieu de badeaux chinois pour la plupart. Le paysage est superbe et d’autant plus lorsque la Muraille vient souligner les lignes de crètes des montagnes.
Après une petite pause gouter pour les petits sous les feux des appareils de chinois qui en oublient presque la Muraille nous attaquons des portions plus pentues. Nous encourageons les enfants en comptant avec eux le nombre de marches avalées. Quelques vendeurs de souvenirs et des photographes parsèment la Muraille.
Arrivé au sommet, les enfants ont mérité, pour leur force et leur courage, la médaille d’or des grimpeurs de la Grande Muraille de Chine sur laquelle est gravée leur nom.

Les médaillés de la Muraille
Les médaillés de la Muraille
La Grande Muraille de Chine
La Grande Muraille de Chine

Mais l’idée de redescendre par le même chemin ne les enthousiasme pas plus, c’est pourquoi ils redescendent avec Carole par le téléphérique.
De retour au pied de cette dernière, nous prenons le temps de l’observer une dernière fois et nous rentrons dans le bus qui nous ramène à Pékin. Il ne se passe pas 5 minutes que les enfants s’endorment avec une belle médaille au cou et des images plein la tête.
Le soir, nous déambulons dans la rue Qianmen de Pékin, touristique au possible, avant de retourner dans des quartiers plus authentiques.

J20 Dimanche 06 décembre 2009 Pékin

Après une journée d’hier bien remplie, nous décidons de faire une journée au rythme des enfants. Après un petit déjeuner tardif, nous partons à pied dans le quartier et nous tombons sur le marché local rempli de senteurs et de couleurs. Des poissonniers vendent leurs produits vivants et les tuent au fur et à mesure des demandes. Les bouchers travaillent sur les trottoirs et disposent leurs charcuteries sur les arbres. Des grandes étales de fruits et légumes aux couleurs et aux odeurs variées ponctuent la rue.
Nous marchons jusqu’au Parc du Temple du Ciel où l’empereur célébrait des rites solennels pour obtenir de bonnes moissons, solliciter la clémence divine et expier les pêchés du peuple.
Au milieu d’un parc de 267 hectares, nous déambulant entres plusieurs édifices qui ont des liens plus ou moins forts avec le ciel.

Parc du Temple du Ciel
Parc du Temple du Ciel

L’un des édifices le plus important est l’Autel du Ciel qui présente une symétrie obsessionnelle reposant sur le chiffre céleste 9 (nombre de cercles de dalles sur chacun des niveaux, nombre de marches entres ces derniers, …). Les édifices présentent des particularités intéressantes mais suivent
Les enfants fatiguent assez rapidement et sont donc régulièrement sur nos épaules ou dans nos bars. Sabah profite même du dos de sa maman pour piquer un petit sommeil.
Les enfants sont également fatigués du traitement particulier que leur réserve les chinois. En effet, ils n’arrêtent pas de vouloir les toucher ou de se faire prendre en photo avec eux. Au début, les enfants se prêtaient à ce jeu mais très vite ils fuient et se cachent dans nos jambes…
En rentrant à l’hôtel nous n’avons pas le courage de ressortir pour manger et restons dans l’hôtel où malheureusement le diner n’est pas terrible. les grandes lignes de cette époque.
Par contre, le parc, impeccablement entretenu, présente des espaces de qualité et une végétation intéressante.

J19 Samedi 05 décembre 2009 Pékin

Après un gros petit déjeuner à l’hôtel, nous descendons à la rencontre de Pascal, notre guide francophone qui nous fera découvrir la Cité Interdite et ses alentours.
Pascal, ancien professeur de sport, s’est lancé dans le français il y a 5 ans pour pouvoir améliorer sa qualité de vie et pour acquérir de nouvelles connaissances.
Il nous guide tout d’abord dans le Parc Jingshan au nord de la Cité Interdite. Dès que l’on franchit la porte d’entrée, nous nous retrouvons face à un cour de Taichi dans lequel des chinois de tous âges viennent se détendre et se maintenir en forme. Cela me paraît tellement irréel que des personnes se rencontrent naturellement dans des parcs pour partager des moments et créer une force unique que je me demande si ces personnes ne sont pas payées par le gouvernement pour participer à une propagande nationale…. Je suis un peu cinglé mais très vite je remarque mon erreur et je me dis qu’il y a tant à apprendre en Chine sur les chinois.
Nous gravissons la colline principale, créée à partir des remblais des douves de la Cité Interdite, et nous nous apercevons de l’ampleur de Pékin et de la Cité Interdite.
Après quelques marches pour redescendre, nous pénétrons enfin dans la mythique Cité Interdite résidence de 2 dynasties d’empereurs, les Ming et les Qing. La Cité a été construite entre 1406 et 1420. De cette date à 1911, 24 empereurs se sont succédés dans cette Cité pour diriger le pays.
Ces dimensions impressionnantes en font le palais le plus grand du monde: 960 x 800 m.
Elle est constituée de 800 bâtiments et de 9000 salles;
Entrant par le nord, à l’opposée de l’entrée principale située au Sud, nous traversons les jardins de la Cité, seul espace où les arbres ont leur place. Le reste est minérale et froid.
Nous sommes impressionnés par les dimensions et les détails des bâtiments qui la compose mais seules quelques salles sont visibles de l’extérieur. Nous observons une succession de cours, de parvis, des bâtiments mais l’ensemble manque de chaleur et de vie. Se dire que l’empereur était le seul homme dans la Cité, il était accompagné de ses femmes, de servantes et d’eunuques. Même les troupes militaires et les gardes vivaient en dehors de la Cité.

Vue de la rivière traversant la Cité
Vue de la rivière traversant la Cité
Quatuor dans la Cité Interdite
Quatuor dans la Cité Interdite

En sortant par la porte sud, nous nous dirigeons vers le quartier situé au bord du lac Qianhai. Pascal nous amène dans un restaurant de qualité dans lequel nous découvrons les plaisirs de la nourritures chinoise. Les papilles affolées, nous faisons une promenade dans des hutongs totalement rénové et touristiques mais très joliment restaurés suivant une architecture locale et des hauteurs limitées.
Pour terminer cette belle journée, Pascal nous amène, suite à notre demande, voir un spectacle associant Kung Fu et danse. Manao est complètement subjugué alors que Sabah semble des fois apeurées.
Un grand merci à Pascal pour ses nombreuses informations concernant la Chine et Pékin et tout cela dans un très bon français.

J18 Vendredi 04 décembre 2009 Arrivée à Pékin

Nous nous réveillons enfin et portons nos premiers regards sur le paysage chinois.
Nous traversons un paysage accidenté en suivant une rivière gelée. Je ne voyais pas la Chine sous cet angle mais je pense que c’est un pays qui possède une large gamme de paysage.
Nous profitons de nos derniers kilomètres à bord du transsibérien qui aura été une belle aventure sans encombre.
Nous descendons du train et nous sommes tout de suite soumis à l’assaut de quelques chinois nous vantant les mérites de leur guesthouse.
Une fois dehors, nous retrouvons notre taxi réservé en avance qui nous conduit à notre hôtel.
Nos premières impressions sont bonnes, nous sommes heureux de retrouver l’ambiance d’une grande ville et une température plus clémente. La ville bouillonne, les gens s’activent et tout cela sous le soleil qui ne nous abandonne pas.
Une fois à l’hôtel (DONG FANG HOTEL), nous jetons nos affaires et profitons d’une bonne douche. Situé à quelques kilomètres de la place Tiananmen, nous traversons les anciens Hutong de Pékin encore survivant de la modernisation de la ville.

anciens Hutong de Pékin
anciens Hutong de Pékin

Caractérisés par de petites venelles entrelacées, elles abritent de petites maisons ouvertes sur des cours fermées. Ces espaces sont dépourvus de sanitaires. Seuls quelques toilettes publiques sont dispersées dans les quartiers. Une fois entré dans ceux ci nous remarquons l’absence totale d’intimité car les cloisons entres les WC à la turque n’existe pas. Je vous laisse imaginer et comprendre la perte de nos envies pressantes…
A force de s’approcher des quartiers proches de la place et des zones touristiques, les hutongs se transforment et les aménagements sont de qualité.

Sabah et Manao avec les peluches des JO 2008
Sabah et Manao avec les peluches des JO 2008

Pris dans notre euphorie de «chaleur» nous avons abandonné nos polaires. Mais très vite,les rayons de soleil devenant plus rasant, nous reconnaissons notre erreur. Pendant une pose café, je retourne rapidement corriger cette erreur.
Cela nous permet d’atteindre la nuit tombée, la Porte du Devant, vestige du mur qui entourait l’ancienne Cité Intérieure.
Nous rentrons diner dans un restaurant qui propose des fondues chinoises.

J17 Jeudi 03 décembre 2009 Dernier trajet en Trans sibérien

Pour une fois, nous devons prendre le train tôt le matin et non le soir.
Un réveil matinal nous permet de nous présenter à la gare à 6h15 pour monter dans le train. Sur le quai, MG nous offre 2 écharpes bleues pour nous remercier de notre passage dans son pays. Merci à elle pour tous ses efforts.
Quelques compartiments plus loin, un groupe de mongole met un peu l’ambiance dans le wagon.
Les petits toujours en balade reviennent avec un paquet de chips généreusement offert par nos voisins. En échange nous leur offrons des biscuits achetés la veille et les voici nous apportant des chaussons fourrés à la viande. Voilà encore une preuve de la gentillesse des mongoles et de l’effet bénéfique de voyager avec des enfants, véritables catalyseurs de rencontre.
Nous nous retrouvons donc avec une petit déjeuner de roi.

Petit déjeuner élaboré
Petit déjeuner élaboré

Les enfants retrouvent vite leurs marques et découvrent de nouveaux plaisirs.

Gymnastique des enfants
Gymnastique des enfants

Après quelques heures, je profite d’un arrêt prolongé dans la sinistre ville de Choir pour emmener les enfants voir la statue du premier cosmonaute mongole, véritable héros pour le pays.

Gare de CHOIR
Gare de CHOIR

Statue du premier cosmonaute mongole
Statue du premier cosmonaute mongole

Le train traverse maintenant le désert de Gobi, paysage aride où la neige a disparu pour laisser place à de grandes étendues de sable et de pierre avec des zone d’herbes basses broutées par des troupeaux de moutons bientôt remplacés par des chameaux…

Chameaux dans le désert de Gobi
Chameaux dans le désert de Gobi
Wagon restaurant
Wagon restaurant

Enfin à la tombée de la nuit nous arrivons dans la ville frontière de Zamyn-Uud où débute les démarches administratives et douanières mongoles:
Arrivée à 19h20 et distribution des cartes de sortie du territoire
Prise des passeports
Passage très rapide de la douane dans le train
contrôle de l’état sanitaire (H1N1) par des femmes masquées
Remise des cartes d’entrées en Chine à compléter
Déplacement du train dans la gare
Récupération des passeports à 20h20
Départ à 20h40
Nous repartons pour un court trajet et franchissons une arche gigantesque qui marque la frontière.
Ensuite nous arrivons à 21h10 à Erlian, ville chinoise frontalière.
Distribution des cartes sur notre état de santé
Prise en charge des passeport à 21h15
Puis les démarches chinoises marquées par un arrêt technique permettant de mettre en place un écartement des roues en accord avec le réseau ferré chinois. Dans un grand hangar, le wagon une fois bien positionné est soulevé par un système de vérins pour permettre un remplacement des boggies.

Elévation du wagon pour changement des boggies
Elévation du wagon pour changement des boogies

Remise des passeports à 21h55
Une fois terminé, les wagons sont à nouveau attelés à la locomotive et le voyage peut reprendre.

Auteur

Commenter