Colonia se trouve au bord de l’estuaire du Rio de la Plata, en face de Buenos Aires. Sa taille humaine, ses ruelles pavées et son charmant quartier historique en font une escapade très prisée des Porteños (les habitants de Buenos Aires).

Nous y avons passé trois semaines très agréables!!!

Pendant le mois passé en Uruguay, nous avons décidé de mettre les enfants à l’école. Manao est enthousiaste, Sabah anxieuse et Naoki ravi. Cela leur donnera l’occasion de faire des progrès en espagnol, de découvrir l’école dans ce petit pays hyper accueillant et surtout de rencontrer des enfants!!

Aucune difficulté pour les y inscrire. Nous nous présentons un lundi matin dans une école choisie pour sa proximité avec le fleuve, au bord duquel nous allons pouvoir bivouaquer. La directrice n’est pas présente. Après avoir expliqué notre projet de scolariser les enfants pendant trois semaines, l’institutrice rencontrée nous dit qu’elle pense que ça ne posera aucun problème. Nous revenons le lendemain et rencontrons la directrice qui nous accueille à bras ouverts et même en nous faisant la bise…. Elle accepte immédiatement l’idée en nous expliquant que l’école est ouverte à tous et que la présence des enfants sera aussi bénéfique à ses élèves qu’à nos enfants.

Nous devons choisir entre la classe du matin ou celle de l’après-midi puisque le nombre d’enfants scolarisés ne permet pas des journées complètes de cours. Il nous faudra également des uniformes. Puisque nous ne sommes là que pour quelques semaines, les institutrices s’organisent immédiatement pour nous fournir des uniformes pour Manao et Sabah qu’elles s’arrangent pour emprunter. Pour Naoki, nous trouvons facilement la blouse réglementaire en ville.

Dès le mercredi, les enfants font leur rentrée scolaire. C’est la première pour Naoki qui est très courageux et nous quitte vaillamment à la main de sa maîtresse. Manao et Sabah sont anxieux mais se sont levés avec enthousiasme et étaient très heureux de préparer leur cartable la veille. Lorsque nous les récupérons à midi, les deux grands ont chacun un ordinateur prêté par l’école et n’en reviennent pas.

Chaque matin, les enfants sont accueillis avec un baiser et un mot gentil de la part des maîtresses. Le « Mi amor » fuse!! Ici, l’affection entre enfant et enseignant s’exprime librement.

Pendant que les enfants vont à l’école, nous en profitons pour nous balader dans le centre de Colonia à vélo. La ville est très agréable et nous prenons vite nos petites habitudes. Nous trouvons un accès internet gratuit au centre culturel, ce qui nous permet d’avancer un peu sur le blog et de faire notre déclaration d’impôt…

Très rapidement les enfants nous demandent s’ils peuvent rester avec leurs copains à la cantine le midi. Nous acceptons et apprenons ensuite que le repas est gratuit…

Nous bivouaquons pendant trois semaines au bord du fleuve. Quand ils ne sont pas à l’école, les enfants jouent sur la plage. Les couchers de soleil sont chaque soir à couper le souffle!!

Un jour, Gina, française installée à Colonia depuis de nombreuses années après avoir beaucoup baroudé, vient se présenter et nous offrir son aide en cas de besoin.

Nous prenons beaucoup de plaisir à l’écouter nous raconter sa vie. Photographe, elle a sillonné l’Amérique du sud, son appareil à la main pour témoigner des conditions de vie des populations indigènes. Elle est énergique, enthousiaste et généreuse. Elle se prend d’affection pour les enfants et improvise une séance photo à laquelle ils se prêtent avec plaisir.

En trois semaines d’école, et malgré la barrière de la langue qu’ils ne maîtrisent pas encore, les enfants se sont faits plein d’amis.

Les deux grands ont été invités à des anniversaires qui sont ici des événements très importants. Copains d’école et famille se mêlent pour une célébration joyeuse avec force châteaux gonflables, sodas, bonbons, gâteau à la crème (dans lequel l’heureux fêté se voit enfoncer la tête…).

La veille de notre départ et malgré une invitation tardive, nombreux sont les enfants à nous rejoindre au bord de l’eau pour une petite fête improvisée. Tir à la corde, roulades dans l’herbe, repas de crêpes… Les parents qui les accompagnent ont tous un mot gentil. On se sent très loin de la France et de sa réticence face à l’étranger. Ici tout paraît si facile!!

Le dernier jour de classe, nos enfants quittent l’école avec un cadeau de la part de leur maîtresse. La directrice nous offre un vase sur lequel est peint le nom de l’école. Nous sommes émus et ils le sont aussi, heureux d’avoir partagé ces quelques semaines avec nous. Quel accueil!! Quelle hospitalité!!

Auteur

Commenter