Période du 8 au 15 juin: longue virée dans l’Outback australien.

Dès son arrivée, nous décidons de nous tenir à notre idée de découvrir l’outback australien autour de Mildura. Mais avant de quitter Sydney, nous déjeunons dans le parc olympique et faisons un rapide petit tour entres les infrastructures sportives. Nous aurons traversé, au cours de notre voyage un certain nombre de villes ayant accueilli les JO: Berlin, Moscou, Pékin, Séoul et Sydney.

Déjeuner de retrouvaille...
Déjeuner de retrouvaille...
Notre espace de vie en Australie
Notre espace de vie en Australie

Pour cette première journée, plutôt ½ journée, nous parcourons 320 kms entre Sydney et Cowra. Nous traversons les Blues Mountains, parc national situé à l’ouest de Sydney, nous observons les forêts d’eucalyptus et les paysages vallonnés de la région. Nous faisons une halte à la tombée de la nuit à Bathurst, ville dont nous parcourons le parc et observons les édifices victoriens. Après le diner, je reprends la route de nuit avec prudence car il paraît que les kangourous sont légions la nuit et que les accidents sont fréquents. Dans mon cas, pendant que le reste de l’équipage dort à l’arrière, je ne vois aucun marsupial surgissant sous mes phares, affolé. Je gare le campervan sur une aire de repos située après la ville de Cowra.

Le lendemain, nous visitons les anciennes mines d’or de la ville de Grenfell datant de la fin du 19e siècle. Une ruée a permis un développement de la région jusqu’à la moitié du 20e s. Les conditions d’extraction de l’époque font froid dans le dos… Les enfants dorment relativement longtemps ce qui nous permet d’atteindre Balranald, qui voue une adoration à ses grenouilles… Cette nuit dans un camping nous permet de prendre un peu notre temps le soir. Pour cette 2e journée, nous avons parcouru 540 kms.

Manao en pleine discussion avec des grenouilles
Manao en pleine discussion avec des grenouilles

Après avoir étudié notre itinéraire pour rejoindre la parc national de Mungo auprès du centre d’information de la ville, nous partons vers le nord tout en ayant fait attention à faire le plein d’eau et d’essence!!!
En effet, nous entrons dans le bush australien marqué par ses grands espaces semis arides et ses pistes rectilignes que nous empruntons sur 140 kms pour atteindre l’entrée du parc.

Pause sur la piste
Pause sur la piste
piste permettant l'accès au parc du Mungo
piste permettant l'accès au parc du Mungo
Cours de conduite pour Manao
Cours de conduite pour Manao
Seuls au monde!!!!
Seuls au monde!!!!

Après avoir payé les droits d’entrée et de camping en glissant une enveloppe dans une boite en bois, nous reprenons la piste pour atteindre ‘la muraille de Chine’ australienne. Cette muraille est en réalité une dune de sable de 25kms de long, posée dans une dépression (ancien lac de Mungo). Nous crapahutons avec Sabah entres les formations géologiques pendant que Manao dort dans le campervan.

Petite promenade entre filles
Petite promenade entre filles
Dunes du Mungo
Dunes du Mungo
Sabah sur les dunes
Sabah sur les dunes

A son réveil, traversant le parc national, nous observons des groupes de kangourous déambulant au milieu des arbustes. Nous atteignons notre campement au milieu du parc.

dunes de sable
dunes de sable
Manao
Manao
Coucher de soleil
Coucher de soleil

Au matin, des oiseaux curieux et gourmands approchent sans crainte des enfants travaillant la terre rouge de la région.

Disposition nocturne
Disposition nocturne
Campement de Mungo
Campement de Mungo

Nous retournons escalader les dunes de sable pour le plus grand bonheur des enfants qui courent, sautent et glissent.

Escalade sur les dunes
Escalade sur les dunes
Cool le désert!!!
Cool le désert!!!
Promenade sur les crètes dunaires
Promenade sur les crètes dunaires

Nous observons des petites fruits ressemblant à des pastèques miniatures qui poussent sur le sable et qui plaisent beaucoup aux échidnés (sorte de hérisson qui pond des oeufs et les porte dans une poche ventrale comme les kangourous!!!). Nous avons la chance de découvrir un squelette d’un lézard du désert camouflé sous les herbes hautes.

Petites citrouilles au milieu des dunes
Petites citrouilles au milieu des dunes
Lecture au paradis
Lecture au paradis

Sous le regard affuté de Carole, nous apercevons un émeu filant dans la paysage. C’est magique de pouvoir observer ses animaux dans leur environnement naturel!!! Sa vitesse, sa taille et le balancement de ses ailes participent beaucoup à notre émerveillement…
Nous déjeunons aux abords d’une ancienne exploitation d’ovins dans laquelle les moutons étaient tondus. En s’éloignant de la cacophonie des petits, nous prenons plus la mesure et l’idée d’un désert. Seuls les battements d’ailes de quelques oiseaux et le vent stimulent nos récepteurs auditifs.
Nous faisons une petite halte au centre d’information du parc avant de partir et nous avons la chance de partager un guide aborigène qui explique l’histoire du site et qui joue du didgeridoo sous les yeux ébahis des petits.
Nous rejoignons Menindee plus au nord en passant par Pooncarie. La piste est assez belle et nous pouvons rouler à près de 90 km/h ce qui nous permet de ne pas perdre trop de temps. Seul un kangourou isolé, traversant la route à quelques mètres seulement de campervan aurait pu mettre un terme à cette folle évasion. Plus loin, deux grands émeus se mettent à danser et à courir sous nos yeux écarquillés. Quelle beauté!!!!
Cette fois, nous dormons dans un campement situé dans le parc national de Kinchega sur les bords des lacs de Menindee. Ce parc faisait partie d’une petite exploitation d’ovins de 400 000 hectares!!! Encore une fois, le gigantisme de ce pays nous saute aux yeux. A la nuit tombée nous observons des kangourous et surtout des nuées de perroquets (cacatoes blanc) qui composent une grande partie des oiseaux existant dans la région.

Campement
Campement
Crépuscule
Crépuscule
Suite des empreintes d'émeus dans la boue séchée...
Suite des empreintes d'émeus dans la boue séchée...
Lac du parc
Lac du parc
Arrêt dans le bush
Arrêt dans le bush

Le soleil perce la brume matinale qui se détache de la rivière. Il ne manque que les crocodiles se prélassant dans la rivière pour achever le tableau typique de l’Australie.
Nous commençons une petite balade pédestre dans le bush à la recherche de certaines merveilles. Mais seuls quelques squelettes de kangourous sont découverts sur notre chemin.
A bord de notre carrosse, nous observons à nouveau quelques kangourous mais surtout une forêt noyée dans le lac majeur de la réserve. Nous quittons Menindee vers le nord. Cette route achève notre périple sur les pistes poussiéreuses mais tellement typiques de cette région. Pour d’éventuels voyageurs désirant découvrir le bush, sachez que les mini vans loués ne sont pas autorisés dans ces lieux poussiéreux mais c’est tellement bon….

Arrivé à Wilcannia, nous décidons de poser nos valises assez tôt dans la journée pour nous remettre es quelques jours de pistes. Cette ville perdue dans le bush n’est pas très accueillante, seule une station service assez sombre est ouverte. Les autres bâtiments sont grillagés et renforcent le caractère perdu de la ville. Le fait d’être dimanche ne rend pas les choses plus gaies. Seuls quelques enfants aborigènes aux traits caractéristiques jouent sur la route principale de la ville.

Ville de Wilcannia
Ville de Wilcannia
Peinture aborigène
Peinture aborigène

Nous nous demandons comment des personnes peuvent vivre ici, seuls au monde. Les villes les plus proches reliées par la route goudronnée traversant le bush sont situées à 250kms!!!!
Notre camping est situé de l’autre coté de la rivière. Quelques australiens passent leur week end ensemble autour du feu. Manao et Sabah tentent une approche vers d’autres enfants jouant autour du feu en apportant quelques branches. Mais la barrière de la langue contraint très rapidement Sabah à jouer seule un peu à l’écart alors que Manao persévère avec un autre garçon.

Le lendemain nous quittons Wilcannia vers l’Est dans l’idée de rejoindre l’océan pacifique au niveau de Newcastle. Attention, dans cette région, il est important de faire le plein d’essence avant de quitter la ville car les distances sans âmes qui vivent sont importantes.
Nous observons quelques kangourous, les enfants tentent de faire klaxonner les énormes camions de transport de marchandises.
Nous nous arrêtons à Cobar ville à l’opposée de Wilcannia: rue centrale en cours d’aménagement, boutiques et restaurants ouverts et en ébullition et le tout sous le soleil. Vraiment très agréable.
Pour la première de notre existence, nous mangeons chez Subway sur la terrasse au soleil. Un couple de retraités australiens nous aborde et nous raconte que chaque hiver austral, ils quittent Melbourne en camping car et partent plus au nord découvrir leur pays. Pour eux, pour bien connaître leur pays, il ne faut que 5 ans…. Nous croiserons un grand nombre d’australiens qui parcourent leur pays continent en camping car. Certains utilisent des bus aménagés tractant une remorque chargée d’un quad, d’un petit bateau, de kayaks… Une maison sur roues.

A nouveau sur la route,le paysage change. Les grandes plaines semi désertiques dominées par des hautes herbes laissent place à des paysages dominés par des arbustes puis des arbrisseaux avant d’atteindre de grands espaces boisés. C’est sans doute la première fois que j’observe le paysage changé graduellement comme cela. Au fur et à mesure du changement de paysage, les habitations se multiplient… Nous continuons vers l’est traversons la ville de Nyngan avant d’atteindre Dubbo.

Emeus dans le bush
Emeus dans le bush
Maison typique des villes traversées
Maison typique des villes traversées

Nous pouvons observer quelques peintures aborigènes peintes sur les piliers d’un pont.

Peinture aborigène sur pilier
Peinture aborigène sur pilier

Nous apprendrons plus tard que les premières représentations sur toile datent des années 1980!!! Avant, les aborigènes n’utilisaient que le sol (souvent le sable), les roches… comme support. Les peintures ne pouvaient pas être déplacées. C’était donc les amateurs d’art qui se déplaçaient…
Nous dormons sur un parking dans la ville.

Après avoir profité d’une petite matinée ensoleillée pendant laquelle les enfants jouent sous le regard des ibis sauvages nous reprenons la route vers Dunedoo pour enfin atteindre Newcastle à la tombée de la nuit.

Auteur

1 Comment

  1. On veut des photos, on veut des photos!!

    Ravie encore une fois de suivre vos aventures…Dans un mois je serai en Australie aussi, mais dans le Nord et le Centre!

    Merci encore de nous faire partager vos découvertes..

    Prenez bien soin de vous,

    Charlotte.

Commenter